aller à la navigation

Santa Cruz 24-27/07/15

Il est 18h45 quand nous arrivons à la gare de La Paz, centre immense où des dizaines de péquins occupent l’entrée et hurlent de façon quasi incompréhensible les villes désservies par leurs compagnies. Cocha…. Cocha… Cochabamba, Punooooooooo, Santa Cruuuuuuuuuz, Punopunopunopunooooooooo, Aaaaaaarequipa, nous notons que les agences desservant Potosi sont vides, les bus sont annulés les uns après les autres, la grève qui sévit depuis 15 jours s’envenime et s’étend maintenant à la région d’Uyuni, nous espérons que l’affaire sera résolue d”ici fin juillet, sinon le voyage depuis Sucre promet d’être long.

On déambule tranquille dans la gare, en passant par la Poste pour avoir une idée du tarif du timbre pour la France (15BOB), à 19h15 nous enregistrons nos bagages en soute, et passons côté duty free….. rires !

Le premier car de la compagnie nous fait envie…. quasi neuf, spacieux, des WC propres….. quelle déception quand on s’aperçoit qu’il va à Cochabamba, le notre est bien plus décrépi.

En chemin nous croisons un groupe de chiliennes de 60 ans, Del leur indique dans un espagnol digne de Cervantes qu’elles doivent d’abord enregistrer leurs bagages. Echaudée par notre péripétie avec Soyuz, Del regarde avec suspicion tous les locaux monter dans le car, nous suivons nos bagages pour être sures qu’ils soient chargés, bref il est 19h45 quand nous nous posons dans les fauteuils 5 et 6 du bus.

Nous commençons les comptes en même temps que notre diner qui s’avère très gustatif et équilibré…. au menu en entrée, un snikers, en plat : 3 pains individuels dont un gratiné au fromage et en dessert un twix ou un kit kat, le tout agrémenté d’un cru 2015 de Vital (de l’eau quoi !).

A 20h30, extinction des feux, pas grave, nous finissons à la frontale, il est temps de s’installer pour nos 17h de bus.

dsc03875-copier.JPG img_20150724_104152-copier.jpg 

Allongées dans nos semi-cama (160°) nous tentons de trouver le sommeil….moi je glisse dans mon fauteuil étant courte sur pattes…Del arrive à trouver une bonne place….puis bouge…et rebouge…..mal au cou… elle a mal par çi…et moi par là….à mourir de rire….résultat des courses avant l’arrivée à Santa Cruz Del est cassée en deux…mais par surprise, je suis en forme. Surement phénomène de l’altitude….je revis sans mes troubles de l’altitude :-p (située à 416 m d’altitude).

L’épisode toilette est typique d’un bus Bolivien. Je me tente la première alors que le bus a une conduite plutot sportive…..réflexe je me tiens à la poignée de la porte…oups!! en plein freinage je tire donc sur celle-ci qui s’ouvre à moitié car le loquet ne pouvait pas être fermé totalement….halala! quelle crise de fou rire quand je l’ai raconté à Del qui allait s’y aventurer après moi!! Je lui ai bien donner les consignes de sécurité pour éviter un carnage!

Celle-ci revient toute fière pour m’expliquer que l’affiche sur la porte intérieure des toilettes précisait que ce n’était qu’un urinoire et que pour effectuer la grosse commission il fallait taper du pied ( nous étions au 2ème étage) pour prévenir le chauffeur pour que celui-ci s’arrête.  Urinoire oblige, pas de chasse d’eau ni de PQ! 

20150724_100220-copier.jpg

Il faut dire que durant la nuit, une famille de 2 adultes et 2 enfants occupaient à eux seuls 2 sièges pour 4….et oui!! Donc le petit qui devait avoir 4 ans, qui brayait a été contraint de s’arrêter quand sa mère lui donna le sein..sauf que celui-ci continuait à brayer… je dis à Del il va finir par s’étouffer si çà continue et elle me dire  ”c’est pas parce que tu mets un sein dans la bouche d’un gamin qu’il va s’arrêter de pleurer, ni qu’il va tirer du lait, donc il ne risque pas de s’étouffer”. Puis je lance un Ohhh! pour le faire taire…..puis un autre…..il finit par se calmer…nous pouvons reprendre notre nuit tant bien que mal.

Pendant la nuit nous avons traversé la cordillière des Andes et descendu de presque 3000 m, les paysages sont totalement différentsNous sommes agréablement surprises par la verdure qui se rapproche de Santa Cruz, tellement aux antipodes de la Paz ville sèche et aux alentours désertiques et poussiéreux. Certains paysages nous font penser à la France.

Nous passons sans cesse des Rio, certains très larges, d’autres totalement assechés, quoi qu il en soit, ici tout est vert, palmiers, bananiers, herbes folles, marécages, …. pour les 2 antimoustiques vivants que nous sommes, on se dit qu’on va ressortir les sprays à la citronnelle.  

Après 20 h de bus,  nous arrivons enfin à Santa Cruz de la sierra vers 14h/14h30, dans la partie Amazonienne de la Bolivie, 2ème ville du pays.

A la gare nous demandons notre chemin pour trouver un bus pour nous rapprocher du centre de Santa Cruz. Après avoir fait répéter la personne 3 fois nous nous lançons à la recherche de notre bus, d’un modèle américain comme pour le ramassage scolaire, où on nous ouvre à la manivelle. Del s’assure que ce bus nous amène bien à Entel à 3 blocs de la plaza 24 septiembre. C’est bon! Nous nous acquittons de 4 bolivianos! et c’est parti pour une partie de rigolade dans ce bus, chargé comme des petites mulets.

Je ne peux m’empêcher de nous filmer à l’intérieur de ce bus, tel des vraies touristes que nous sommes pour immortaliser la scène.  Je me lance dans un espagnol de plus en plus compréhensible pour demander à une passagère à quel comment nous devons descendre. Celle-ci me répond à une vitesse que même Del a du mal à comprendre. Je comprends qu’il faut que je demande au chauffeur qu’il nous indique à quel moment il nous faut descendre, car celle-ci descend avant nous!

img_20150724_141526-copier.jpg

Arrivée à la plaza du 24 septiembre, nous allons prendre les informations sur la ville (ville la plus peuplée de Bolivie avec environ 1  600 000 habitants puis après une pause café et wifi pour trouver un hôtel nous nous dirigeons vers celui-ci. Nous passons par le centre très chic en mode colonial avec des magasins de marque (Guerlain, Lacoste, Ralph Lauren, Cartier…) puis dans les quartiers populaires (moins glamour)…avec des odeurs de nourritures parfois très agréables et puis d’autres fois moins et là nos pas s’accélèrent pour pouvoir reprendre une bonne bouffée d’oxygène.

img_20150725_131841-copier.jpg

Le voyage m’a tuée, j’ai pris un coup de chaud ou de froid, quoiqu’il en soit…. nausées, vertiges, malaises,…. Nous nous perdons un peu dans les rues de Santa cruz, cette ville est tellement plus riche que La paz, le marché qui entoure l’hotel est très vivant, on y trouve de tout, aussi bien de la nourriture, que des vêtements, des piles, des téléphones… en arrivant au  571 rue Barron, nous rencontrons Alicia, qui nous montre la chambre, et les sanitaires à côté.

Parfait, je me pieute pour une petite sieste, Del me réveille à 19h…. oups 2h de passées. Nous sortons dîner dans un resto de poulet à côté avant de sombrer pour la nuit jusqu’au lendemain.

25/07/15:

Après une bonne nuit réparatrice, nous nous lançons à la visite de Santa Cruz, nous sommes de retour sur la place du 24 septembre et là…. en vraies stars lol le cameraman nous demande de faire une allocution… rapide l’allocution je vous rassure un duo de Hola RTP desde Santa Cruz !! Del est super à l’aise…. mouhahahaha !

Après cet interlude nous filons à la maison culturelle pour avoir un plan de la ville et les attractions locales et c’est parti pour visiter toutes les églises de la ville….toutes dont certaines laissées à l’abandon ! et c’est Del qui a la carte…..donc parfois c’est à une rue près….mais le plan n’est pas très juste….donc pas forcément de sa faute elle me dit : et dire qu’avant en tant que scout on me laissait avec une carte et une boussole et je retrouvais mon chemin”….j’ai répondu “ca c’était avant”

dsc03880-copier.JPG dsc03884-copier.JPG

On se fait une pause repas après la Cathédrale San Lorenzo car il est quand même 14h30. On erre dans les rues, mais à part des magasins de chaussures et d’articles de sport, on ne trouve rien….. finalement attirées par les ballons verts et blancs on atterrit chez Dumbo ….et oui!! dans le monde de Disney! les assiettes sont énormes ! Des montagnes de frites, nous voyons pour la première fois des enfants et adultes en surpoids. Cala nous surprend dans le pays le plus pauvre d’Amérique du Sud. Santa Cruz de la sierra est quand même une ville assez riche par rapport à La Paz.

En lisant la carte, j’aperçois un café français…. nouvelle recette : du café, du cognac et de la chantilly…. mais où est ce qu’ils ont vu qu’on buvait du café comme ça ???

img_20150725_154559-copier.jpg img_20150725_150758-copier.jpg 

Nous continuons notre chemin à travers la ville, des églises de toutes sortes, en briques, en bois, en pierres…. il y en a pour tous les goûts, principalement construites en 1600.

On fait nos courses sur le trajet chez hipermaxi, au menu melon jaune, gressin et sprite.

26/07/2015 :

Aujourd’hui c’est grasse matinée, on a contacté Anne et Clara avec qui nous allons faire le Salar, car la vie mouvementée à Potosi nous empêche d’aller pour le moment à Tupiza par la route.

On traine un peu ça fait du bien après avoir enchainé pas mal la route. Nous explorons de nouveaux quartiers de Santa Cruz, on découvre que la cordillère est derrière nous, ici il fait beau, chaud.

dsc03890-copier.JPG  img_20150725_133903-copier.jpg

Au détour d’une rue je vois le visage de Del s’animer…. mais qu’a t elle vu de si merveilleux…. je regarde à gauche à droite, elle se place devant moi, claque dans ses mains…. yeux de manga…. Y a une salle de jeux….. hahahahahaha.

Nous voici donc à la recherche du jeu parfait à faire à 2, dans la salle pleins de jeunes, des jeux de guerre, des jeux de ballons, et aussi des jeux type foire (le punching ball ….) nous regardons amusées un gars avec des gros bras se la jouer devant ses potes… jusqu’au moment où il tape dans le punching ball, il peine à faire 400 points, un petit freluquet derrière, le lamine en éclatant les 650 points… très drôle !

Nous jetons notre dévolu sur un jeux de danse, les débuts de la coordination sont dures, mais quelle rigolade, les autres personnes de la salle regardent, et nous on rit bien fort. Del, en mode toujours plus, se lance dans un niveau 8 sur une symphonie de Beethoven, elle accède à 35000 points quand je fait pitoyablement 1600 points sur le même morceau, la timidité que voulez vous !

Evidemment, en motardes aguerries, nous faisons une course sur les petites motos. Un moment ludique de pure compétition.

img_20150725_133723-copier.jpg img_20150725_175432-copier.jpg 

27/07/2015 :

En discutant avec Alicia, je suis surprise de son discours, elle m’explique qu’ici le pays est plus riche car ce sont des blancs….. c’est à dire moins cramés par le soleil que les  andins, je n’avais pas fait attention jusqu’à présent.

Elle me désigne du doigt un couple qui ressemblent aux amish, en fait il s’agit de mennonites, des descendants de colons européens, c’est un mouvement chrétien, issus de la réforme protestante, ils refusent la violence, le baptême des enfants, le progrès technologique, noyés au milieu de cette ville, ils vivent quasi reclus, et ne viennent en ville que pour les besoins de la ferme.

Bon j’avoue, le regard désapprobateur qu’ils me jettent avec mon ordi sur les genoux, mon tel dans une main, carte bancaire dans l’autre et une tenue découverte…. ça me fait tout drôle.

Il est temps de partir pour l’aéroport de Viru Viru, car le collectivo  ne passe pas souvent et met une bonne demie heure à y aller.

Lien vers Santa Cruz


Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 61 articles | blog Gratuit | Abus?